1 Voodoomuro

Dissertation Plan Dialectique Exemple Dun

Méthodes et techniques ► La dissertation ► vous êtes ici

Méthodes et techniques

La dissertation :

Le plan dialectique (ou critique)

Vue d’ensemble du plan dialectique

Il s’agit du plan le plus connu des élèves, le fameux plan :

THÈSE – ANTITHÈSE – SYNTHÈSE.

La démarche préconisée est la suivante : après que le problème a été posé dans l’introduction, le corps du devoir comporte trois parties :

  1. Thèse
    Défense d’un certain point de vue sur la question.
  2. Antithèse
    Apport d’arguments opposés à la thèse défendue précédemment; on aboutit à une contradiction apparente.
  3. Synthèse
    Établissement d’une vérité moyenne plus nuancée, ou mieux, dépassement de la contradiction apparente à laquelle on avait abouti par l’apport d’éléments nouveaux.

On peut avoir souvent recours à ce plan, mais en se gardant des défauts les plus courants qui sont la juxtaposition simpliste de deux thèses opposées et la synthèse inconsistante (lire ci-dessous).

La juxtaposition simpliste de deux thèses opposées

On voit des élèves défendre pendant deux pages une thèse, puis, sans transition, soutenir une position diamétralement opposée. En fait, l’antithèse ne doit pas prendre de but en blanc le contre-pied de la thèse; elle doit apporter un certain nombre de restrictions et d’arguments opposés à la thèse initiale. Ce n’est qu’au terme de l’antithèse qu’un problème se pose, problème né de l’incompatibilités des arguments en présence. La synthèse permet alors de sortir de l’impasse.

Si, par exemple, dans une première partie, on démontre chiffres en main que le problème démographique prend des proportions inquiétantes, on ne peut pas se mettre à affirmer, sans transition, que l’inquiétude dans ce domaine est sans fondement. Mais on commencera par évoquer les possibilités offertes par les nouvelles sources d’énergie, les nouvelles techniques de culture, les possibilités de régulation des naissances, autant d’éléments qui permettront d’atténuer les inquiétudes suscitées par la thèse.

La synthèse inconsistante

Les élèves ont souvent beaucoup de peine, lorsqu’ils adoptent le plan dialectique, à rédiger la troisième partie, c’est-à-dire la synthèse. Pour ne rien leur cacher, c’est aussi une difficulté que rencontrent assez souvent leurs professeurs.

Si vraiment vous ne trouvez pas de quoi constituer une troisième partie, s’il vous semble que la conclusion suffit à faire le point, rédigez un devoir en deux parties, avec une conclusion assez étoffée. Ce sera toujours mieux qu’un devoir comprenant une troisième partie artificiellement plaquée, oiseux délayage de la conclusion.

La synthèse est en fait la partie la plus difficile. Dans certains cas elle peut se limiter à l’établissement d’une vérité moyenne ; après avoir examiné les positions les plus extrêmes, on en vient à un point de vue plus nuancé. Cette méthode a souvent l’inconvenient de terminer le devoir d’une manière assez plate, mais il n’est pas toujours possible d’y échapper.

Il est souvent plus intéressant de procéder à un dépassement de la contradiction ; cela peut consister par exemple à donner une explication de cette contradiction, ce qui est souvent en même temps une amorce de solution.

La synthèse peut aussi montrer que la contradiction n’est en fait qu’apparente ; ainsi, après avoir opposé littérature « nationale » et littérature à vocation « universelle », nous avons, dans un sujet traité plus loin, montre qu’il n’y a pas toujours opposition entre l’une et l’autre, et que c’est souvent en étudiant un terroir ou un individu dans sa singularité qu’on atteint à l’universel.

Remarques

● L’ordre de présentation des arguments
Les élèves sont souvent embarrassés par un problème : des deux prises de position qui s’affrontent dans le plan dialectique, laquelle doit constituer la thèse ?
Éliminons tout d’abord l’idée qui veut que la prise de position de l’auteux commenté doive constituer obligatoirement la thèse. Rien ne justifie une telle idée.
L’ordre adopté dépend de la conclusion à laquelle vous voulez aboutir. Si vous voulez aboutir à une conclusion « moyenne », l’ordre a peu d’importance. Mais dans le cas contraire il vaut mieux garder pour l’antithese la prise de position qui correspond à votre conclusion. Vous commencez par montrer que vous connaissez la position adverse, puis vous revenez en force pour défendre la thèse qui vous tient à cœur.

● Le plan par le « triple point de vue »
On trouve dans certains ouvrages sur la dissertation une allusion au plan par le « triple point de vue ».
Par exemple, à propos d’une définition :

  • point de vue de l’auteur de la citation commentée,
  • point de vue habituel sur la question,
  • point de vue du candidat.

En fait, si ces trois points de vue étaient simplement juxtaposés, le devoir serait mauvais. Il faut qu’il y ait confrontation entre eux et qu’il y ait une progression à l’intérieur du devoir; de ce fait le plan se rapproche beaucoup du plan dialectique.

Méthodes et techniques

Articles connexes

Méthode de la dissertation

Construire un plan : les types de sujets et les types de plans

I. Les types de sujets possibles

La définition générale

Exemples :
  • Qu’est-ce qu’un drame romantique ?
  • Qu’est-ce qu’un chef-d’œuvre ?
  • Qu’est-ce qu’un classique ?

La question délimitée

Exemples :
  • Pensez-vous qu’il soit nécessaire de connaître la vie d’un écrivain pour comprendre et apprécier son œuvre ?
  • Pensez-vous qu’un poème gagne à être expliqué ?
  • Pensez-vous que persuader consiste à « faire penser aux gens ce qu’a priori ils ne pensent pas, à leur faire désirer ce qu’ils ne veulent pas ou ce qu’ils n’ont même pas idée de désirer » ? (M. Aquien et G. Molinié in Dictionnaire de rhétorique et de poétique, introduction)
  • Pensez-vous que la poésie stimule l’imagination du lecteur ?

Le sujet comparatif (→ plan comparatif : comparaison, ressemblances et différences, conclusion)

Exemples :
  • Peut-on dire des Fables de La Fontaine qu’elles sont de très brèves tragédies ?
  • Parmi les genres argumentatifs, quels sont ceux qui font le mieux passer les idées de l’auteur ?
  • Selon vous, lequel du théâtre ou du roman agit le plus puissamment sur son public ?
  • « Il y a deux sortes de romans : le roman qui nous fait oublier la vie, et le roman qui nous explique la vie. » Qu’en pensez-vous ?

La citation : il peut s’agir d’une citation d’un auteur ou d’un critique littéraire

Exemples :
  • Baudelaire écrit que « la poésie n’a pas d’autre but qu’elle même et ne peut en avoir d’autre. » La lecture des Fleurs du Mal vous paraît-elle justifier ce jugement ?
  • En 1898, après les premières représentations de Lorenzaccio, Jules Lemaître écrivait : « Le personnage de Lorenzaccio est aussi riche de signification qu’un Faust ou qu’un Hamlet ; comme eux, il figure dans une fable particulière, l’homme, l’éternel inquiet et l’éternel déçu, sous un de ses plus larges aspects. Et ce personnage est une créature vivante, il est de chair, de sang, de nerfs et de bile. » Vous commenterez ce jugement en vous appuyant notamment sur les théories romantiques du drame.
  • Commentez et discutez cette analyse du genre autobiographique : « L’autobiographie, qui est à la fois témoignage, plaidoyer, justification et réquisitoire, s’inscrit par là dans le judiciaire, auquel elle emprunte sa mise en scène, ses rôles et les modalités de son énonciation. Le judiciaire et le théâtral ont partie liée ici, tant le théâtre est le lieu privilégié du procès, comme dans la tragédie grecque, tant le tribunal ressemble à un théâtre. » (G. Mathieu-Castellani, La Scène judiciaire et l’autobiographie, 1996)
  • « Le comique étant intuition de l’absurde, il me semble plus désespérant que le tragique. Le comique n’offre pas d’issue. » Commentez et discutez ces propos d’Eugène Ionesco in Notes et contre-notes, 1966.

II. Les types de plans

Le plan dialectique

Il permet d’envisager tous les aspects d’une question. Le plan dialectique exprime une thèse dans la première partie, une antithèse dans la deuxième partie et une synthèse (un dépassement) dans la dernière partie.

Quand utilise-t-on le plan dialectique ?

Lorsque le sujet présente une opinion discutable. Généralement, c’est le cas des sujets qui contiennent, dans leurs libellés, les interrogations suivantes : « Pensez-vous que… », « Dans quelle mesure peut-on dire que… », « Suffit-il de… », « Peut-on considérer que… », « Dans quelle mesure peut-on adhérer à ce jugement ? », etc.

Le plan analytique

Le plan analytique répond aux sujets qui demandent une réflexion approfondie. Il ne s’agit pas de discuter, mais de décrire une situation, d’en analyser les causes et les conséquences. Cela revient parfois à traiter un problème selon des divisions temporelles : description actuelle des faits, analyse de ce qui a causé la situation actuelle et évocation de la situation future.

Quels sont les sujets concernés par le plan analytique ?
  • Généralement, ce sont les sujets qui suggèrent, dans la citation ou dans le libellé, les idées directrices de la dissertation. Il convient alors de trouver / de regrouper les idées majeures contenues dans le sujet.
  • Les sujets qui demandent d’évaluer la pertinence ou l’invalidité d’un jugement. L’énoncé du sujet précise alors : « Commentez cette réflexion en vous appuyant sur des exemples précis qui en montrent la validité. », « À l’aide d’exemples, développez la thèse soutenue par ce critique. », « Vous montrerez, dans un développement argumenté et organisé, les limites de cette appréciation. », etc.

Le plan thématique

Le plan thématique permet de mettre en œuvre une réflexion progressive.

Quand doit-on utiliser le plan thématique ?
  • Lorsque le sujet est une question générale. Exemples : « Quelles sont les fonctions de la poésie ? », « Qu’est-ce qu’un bon roman ? », « Quelles sont, selon vous, les fonctions du comique ? », etc.
  • Les sujets invitant à construire un plan thématique portent bien souvent sur les fonctions d’un genre littéraire.
Le sujet invite-t-il à discuter ?
 PLAN DIALECTIQUE
Le sujet invite-t-il à expliquer et à illustrer une thèse ?
 PLAN ANALYTIQUE
Le libellé du sujet pose-t-il une question ouverte ?
 PLAN THÉMATIQUE

N. B. : Parfois, selon l’énoncé du sujet de dissertation, plusieurs types de plans sont possibles.

Testez vos connaissances !

Avez-vous bien compris cette fiche de méthode ?

Conseils de lecture

  
La dissertation en français
Prépabac français, cours et entraînement
La dissertation littéraire

Leave a Comment

(0 Comments)

Your email address will not be published. Required fields are marked *